Score calcique

    Le score calcique coronaire est calculé à partir d’un simple scanner thoracique réalisé sans perfusion ni injection de produit de contraste. Ce score quantifie l’athérome coronaire.

    Le score calcique coronaire quantifie l’athérome coronaire par un simple scanner thoracique.

    Le score calcique coronaire est une évaluation chiffrée de l’étendue des dépôts athéromateux calcifiés observés au niveau des parois des artères du cœur, les coronaires.
    Ce score est calculé à partir d’un simple scanner thoracique qui est réalisé sans perfusion, ni injection de produit de contraste. L’examen est très rapide, dure quelques minutes. Le patient n’a pas besoin d’être à jeun. L’irradiation est faible, comparable à celle d’une radiographie pulmonaire.

    Le score calcique coronaire est un puissant marqueur de risque d’évènements cardiovasculaires.

    Plusieurs études ont montré que plus le score calcique coronaire est élevé, plus le risque cardiovasculaire est important. Si le score calcique est nul, il n’y a pas d’athérome coronaire, et le risque cardiovasculaire est faible. Si le score calcique est compris entre 100 et 400, il existe un athérome coronaire débutant, le risque cardiovasculaire est élevé. Si ce score dépasse 400, les lésions athéromateuses sont nombreuses et peuvent avoir des conséquences sur l’irrigation du cœur et le risque cardiovasculaire est très élevé.

    Le score calcique coronaire est supérieur aux anomalies lipidiques pour évaluer le risque d’évènements cardiovasculaires.

    Une étude américaine récente a été réalisée chez 5534 patients asymptomatiques ne recevant pas de traitement hypolipémiant, qui ont été suivi 7,6 ans sur le taux d’évènements cardiovasculaires.

    Cette étude a évalué l’interaction du score calcique coronaire et du nombre d’anomalies lipidiques (LDL cholestérol >1,30 g/l, HDL cholestérol <0,4 g/l chez les hommes et <0,5 g/l chez les femmes, triglycérides >1,5 g/l) sur le taux d’évènements cardiovasculaires.

    Les patients qui ont un score calcique nul, ont un taux faible d’évènements cardiovasculaires qui est de 2,4 pour 1000 patients-années pour ceux qui ont une ou aucune anomalie lipidique, et de 6,2 pour 1000 patients-années pour ceux qui ont plusieurs anomalies lipidiques.

    Les patients qui ont un score calcique > 100, ont un taux d’évènements cardiovasculaires très élevé de 22,2 pour 1000 patients-années pour ceux qui ont une ou aucune anomalie lipidique, et de 29,2 pour 1000 patients-années pour ceux qui ont plusieurs anomalies lipidiques.

    Les patients qui ont aucune anomalie lipidique et qui ont un score calcique > 100 ont un taux élevé d’évènements cardiovasculaires de 22,2 pour 1000 patients-années, alors que ceux qui ont au moins trois anomalies lipidiques et un score calcique nul ont un taux faible d’évènements cardiovasculaires de 6,2 pour 1000 patients-années.

    Le score calcique coronaire permet de conforter ou pas la prescription d’une statine.

    Prenons l’exemple d’un homme de 55 ans, qui ne fume pas, qui n’a pas de diabète ni d’hypertension artérielle, qui a une activité physique régulière (marche rapide une heure par jour), qui vit dans un pays à faible risque cardiovasculaire (comme la France), qui a une alimentation équilibrée de type méditerranéenne (peu de graisses saturées, fruits et légumes tous les jours, du poisson trois fois par semaine) et qui a une anomalie lipidique telle qu’un cholestérol à 2,3 g/l avec un HDL cholestérol à 0,4 g/l. Quand on calcule son risque cardiovasculaire via la base de données américaine (Framingham), son risque d’évènements cardiovasculaires est évalué à 11,5 % à 10 ans ce qui correspond à un risque cardiovasculaire modéré. Si on réalise à ce patient un score calcique coronaire, il est possible d’avoir trois résultats aux conséquences thérapeutiques très différentes :

    • soit le score calcique est nul ou inférieur à 100, il n’y a pas d’athérome, le risque cardiovasculaire est faible, il n’y a pas besoin de statine ;
    • soit le score calcique est entre 100 et 400, il y a de l’athérome débutant, le risque cardiovasculaire est élevé, le traitement par statine est indiqué pour réduire ce risque et l’objectif thérapeutique est d’avoir un LDL cholestérol <1 g/l pour empêcher la progression de l’athérome ;
    • soit le score est supérieur ou égal à 400, l’athérome coronaire est important, le risque cardiovasculaire est très élevé, le traitement par statine ne se discute pas, l’objectif thérapeutique est d’avoir un LDL cholestérol le plus bas possible (<1 g/l et dans l’idéal <0,7 g/l) pour réduire le risque d’avoir un accident cardiaque. Surtout, il faut aussi proposer des examens cardiologiques fonctionnels à la recherche d’une ischémie myocardique (scintigraphie myocardique, écho de stress, IRM de stress) qui serait liée à une mauvaise irrigation du cœur. En fonction des résultats de ces examens se discutera une coronarographie qui permet la visualisation des rétrécissements des coronaires (on parle de sténoses) et un traitement adapté de la maladie coronaire si elle est avérée (médicaments, angioplastie, stent, pontage..).

    Attention : le score calcique coronaire n’a aucun intérêt chez les personnes qui ont fait un accident cardiovasculaire, qui ont une maladie coronaire avérée ou qui sont à haut risque cardiovasculaire (>20 % d’évènements cardiovasculaires à 10 ans). Il peut être utile en prévention primaire chez les patients dont le risque cardiovasculaire est considéré comme modéré. Chez ces patients, un score calcique entre 100 et400 invite à lutter de façon agressive contre les facteurs de risque cardiovasculaire pour empêcher l’extension de l’athérome, un score calcique supérieur ou égal à 400 invite en plus à compléter le bilan cardiologique à la recherche d’une maladie coronaire avérée qu’il faudra traiter.