Infiltration rachidienne scanoguidée

Madame Monsieur,

Vous allez bénéficier d’un examen interventionnel sous contrôle radiologique. Une information vous est fournie sur le déroulement de cet examen et ses suites.

Qui et quand infiltré ?

L’infiltration est indiquée chez les patients souffrant depuis plusieurs semaines, non calmé par le repos et les traitements habituels bien conduits. Le radiologue réalisant l’infiltration est susceptible de demander un avis spécialisé (rhumatologue, neurologue ou neurochirurgien), de compléter les examens s’il le juge nécessaire (cela est réalisé de façon obligatoire dans les infiltrations du rachis cervical). Le radiologue reste le seul et dernier juge de l’indication et de la réalisation du geste.

En quoi consiste une infiltration scanoguidée ?

Vous serez installé sur le ventre pour les infiltrations lombaires et sur le dos pour les infiltrations cervicales. Nous réalisons un premier examen scanner pour localiser le site exact de l’injection. En matière d’irradiation, aucun risque n’a pu être démontré compte tenu des très faibles doses utilisées. Cette injection est réalisée dans des conditions d’asepsie rigoureuse. La peau est nettoyée et désinfectée. Le radiologue introduit une aiguille dans la région à infiltrer. Il peut procéder à une anesthésie locale (Xylocaïne 1%), puis il contrôle le bon positionnement de l’aiguille en injectant le produit de contraste iodé. Le produit de contraste iodé peut exceptionnellement provoquer des réactions allergiques, de gravité variable. Il est important de signifier, au moment de la prise de rendez-vous, que vous avez déjà eu une réaction allergique et si possible de préciser le produit en cause, le radiologue décidera alors du déroulement de l’examen. Le radiologue peut alors injecter le médicament anti-inflammatoire à base de Cortisone (Altim 3.75 mg 1.5ml ou Hydrocortancyl 2.5% 125mg/5ml). La durée de l’examen est d’environ 15 minutes. En fin d’examen il est possible que vous soyez gardé en surveillance, cela est même réalisé de façon obligatoire dans les infiltrations du rachis cervical.

Quelles complications peuvent survenir ?

  • Une recrudescence douloureuse peut s’observer dans les heures suivant l’infiltration. Ceci ne constitue pas une complication. › Malgré toutes les précautions nécessaires pour l’éviter, il existe tout de même un très faible risque d’infection. Des douleurs, un gonflement de la région infiltrée, de la fièvre dans les jours suivant l’examen, doivent être notifiés au médecin dans les plus brefs délais.
  • Il existe un risque très faible d’hématome. C’est pourquoi vous devez nous avertir si vous avez des problèmes de coagulation, si vous prenez un traitement anticoagulant ou simplement de l’aspirine.
  • Quelques cas rares d’accidents neurologiques (tétraplégie, paraplégie) ont été rapportés après injections radioguidées de suspensions de glucocorticoïdes au rachis lombaire et cervical. Le risque d’infarctus médullaire est plus élevé chez les patients ayant des antécédents de chirurgie du rachis.

Les bons réflexes avant et après l’infiltration. 

N’oubliez pas d’apporter votre ordonnance, le dossier radiologique en votre possession, et éventuellement les résultats de laboratoire.
N’oubliez pas de signaler toute affection ou symptôme dont vous pourriez souffrir (Antécédents de chirurgie du rachis, allergie, diabète, hypertension, traitement anticoagulant,…).
Si cela vous est possible, venez de préférence accompagné.
Un repos est conseillé pour une meilleure efficacité de l’infiltration dont l’effet ne se manifestera qu’après quelques jours.

Questions fréquentes.

  • Est-ce douloureux ? Vous pouvez ressentir une douleur au site de l’injection et suivant le trajet habituel de votre douleur : de type décharge électrique dans la jambe, et /ou une recrudescence de votre propre douleur qui seront passagère en quelques secondes ou minutes.
  • Que faire en cas de douleur une fois rentré chez moi ? Vous pouvez prendre un traitement antidouleur ou anti-inflammatoire. Celui dont vous avez l’habitude.
  • Dois-je prendre des précautions alimentaires à cause de la cortisone ? Aucune précaution nécessaire, c’est une injection locale sans effet général.
  • Puis-je conduire après une infiltration ? Oui mais nous préférons que vous soyez accompagné.
  • Puis-je travailler le lendemain ? Nous préconisons un repos de 2 à 3 jours.
  • Es-ce que je peux aller au kiné ? Il vaut mieux arrêter les séances de kiné pendant une semaine.
  • Faut-il que je sois à jeun pour l’infiltration ? Non, vous pouvez également prendre votre traitement.
  • Combien d’infiltrations peut-on faire ? 3 au même endroit sur une période de 1 an. Il faut respecter un délai de 1 mois entre 2 infiltrations.

Il est normal que vous vous posiez des questions sur l’examen que vous êtes amené à passer. Nous espérons y avoir répondu. N’hésitez pas à nous interroger à nouveau pour tout renseignement complémentaire.